Save

« Save »? c’est « épargner » et aussi « sauvegarder ». C’est bien notre objectif : favoriser l’impact positif de votre épargne. 

Epargner pour appuyer des projets qui créent de la valeur et de l’emploi sur nos territoires et pour sauvegarder l’environnement.

Constat
  • l’épargne est responsable de 41% de nos émissions de CO2 (1)

  • 63% des français déclarent accorder une place importante aux impacts environnementaux et sociaux dans leurs décisions de placements, pourtant, 91% des Français affirment ne jamais s’être vus offrir de placements à impact social et environnemental positif (2)

  • l’ONG Oxfam a publié un classement des banques françaises sur le critère « changement climatique » : la Nef (10), le Crédit coopératif (7,4), la Banque Postale (4,4) ont reçu les meilleures notes tandis que d’autres grandes banques françaises sont loin derrière avec des notations allant de 3,3 pour BNP Paribas à 1,9 pour le Crédit Mutuel (plus d’informations ici)
Comment est-ce possible?
  • pour générer des intérêts, votre banque investit votre épargne dans des actifs économiques tels que des crédits à la consommation pour les particuliers, des prêts immobiliers, des crédits aux entreprises et aux Etats. 

  • s’agissant du financement des entreprises en France, les secteurs privilégiés sont l’immobilier, la construction et l’industrie qui représentent 58% des encours (3). Ces secteurs sont précisément les activités dont l’émission de CO2 est la plus importante. 

  • mais les banques françaises financent aussi des projets tels que des centrales à charbon ou l’exploitation de sables bitumineux dont l’impact CO2 est spectaculaire. En moyenne, pour 1 € accordé aux énergies renouvelables, les banques françaises accordent plus de 8 € aux énergies fossiles.
Pour se tester

Je mesure l’empreinte CO2 de mon épargne en utilisant le nouveau calculateur Mic Mac développé par Avenir Climatique.

 Sources : 

(1) Ce chiffre à valeur pédagogique est présenté dans l’ouvrage « Famille en transition écologique », Jérémie Pichot, publié par Thierry Soucar Editions, mars 2019 – d’après le Bilan carbone d’une famille française type de l’ADEME. Au plan méthodologique, il est compliqué de mettre en parallèle les émissions de CO2 de la consommation (émissions passées ou actuelles) et les émissions de CO2 liées à l’épargne (émissions futures essentiellement) 

(2)  Enquête IFOP pour Vigeo Eiris

(3)  soit 776,6 Mds € au 30/09/2019, source : Banque de France

(4)  Oxfam France